ROBERT LINSSEN
L'ART DES JARDINS ZEN


ROBERT LINSSEN
"L'ART DES JARDINS ZEN"

CHAPITRE XXVII
de son Livre :
"LE ZEN"
© Marabout Université


Ce texte est paru en 1963
dans :

"Le Zen"
de Robert Linssen
© Marabout Université
 

retour

L'art des jardins Zen

... La pensée Zen a fortement influencé les Japonais dans le culte qu'ils vouent à la nature. Mais l'expression de ce culte de la nature est assez différente de celle des Occidentaux. Lorsque ceux-ci se promènent dans un parc, ils admirent surtout les fleurs. Ils peuvent à la rigueur contempler l'eau paisible d'un bel étang. Les Japonais mettent l'accent sur d'autres éléments: la pierre, la mousse, le sable, les rochers. Au Japon, certains rochers sont élevés au rang de trésors nationaux et sont entourés de fort belles légendes. A Kyoto, les jardins de Ryoanji sont de véritables compositions abstraites. Telle est, du moins, la première impression ressentie par l'Occidental. On y voit un rectangle de sable soigneusement ratissé et quinze roches, disposées en groupes de cinq. Les Occidentaux ont commencé par en rire. Certains, cependant, y ont réfléchi et sont parvenus à saisir leur signification profonde. Ils les ont comparés à un solo de J. S. Bach.

... Le travail de l'artiste japonais, nous l'avons dit maintes fois, a un caractère religieux. La vie spirituelle est dénuée de compartiments. L'art Zen doit exprimer ou suggérer le climat des plus hautes vérités enseignées par les maîtres japonais.

... Dans le jardin Zen tout est symbolique. Chaque détail a sa signification spirituelle et psychologique. Au lieu des fleurs multiples qui charment et distraient l'âme du visiteur "en surface", les rocs et le sable l'aident plutôt à se concentrer " en profondeur". Les jardins Zen sont créés pour la contemplation. Le sable et les rochers constituent les éléments de base de leur esthétique. La disposition des rochers est rituelle. Ceux-ci, souvent groupés par trois, forment des triades sacrées. La disposition verticale ou horizontale des rochers relèverait de considérations aussi bien philosophiques qu'esthétiques.

... Notons que les quinze rochers du jardin de Ryoanji ne peuvent être vus en même temps. Ceci nous enseigne qu'aussi longtemps que nous restons sur le plan de la dualité et de l'analyse intellectuelle, nous sommes esclaves d'une vision fragmentaire et limitée des choses. La vision d'ensemble n'est réalisée que Si nous voyons le jardin d'en haut, à une échelle d'observation qui l'englobe et le domine. Cette vision globale des choses, d'un point de vue supérieur et supra-mental, est l'une des bases du Zen.

... Les jardins Zen sont basés sur l'art des rochers. Ils renoncent parfois au sable. Pour les Japonais, le sable représente l'espace vierge. Il est également une image du vide. Une question se pose alors: Si le jardin a pour but de suggérer la notion de vide intérieur, pour quelle raison n'est-il pas formé d'un simple rectangle de sable nu sans rochers?

... Les maîtres actuels du Zen nous disent que c'est seulement par la forme - mais une forme très sobre - que les débutants parviennent à saisir la notion de vide. Le vide, nous dit D. T. Suzuki, doit être un fait d'expérience au même titre que la perception des couleurs d'une fleur. Le vide exprimé par l'espace vierge en peinture, par le silence en musique, l'ellipse en poésie, l'immobilité dans la danse, ne peut être compris que par le truchement des formes conduisant à sa perception. Dans les jardins Zen, le sable perdrait sa signification sans la présence des rochers bien disposés.

... Pour quelles raisons le jardin modèle doit-il comporter quinze rochers? Parce qu'un seul retiendrait notre attention avec trop de fixité et d'exclusivité. Deux groupes ou plusieurs forment des centres d'intérêt multiples et mettent l'accent sur leurs relations réciproques. Les cinq groupes de trois rochers ont pour but de souligner l'unité d'une réalité plus vaste qui englobe le sable et la pierre. La méditation des jardins Zen dans cette optique doit conduire le spectateur a la compréhension d'un des Sûtras fondamentaux du bouddhisme, du Ch'an et du Zen, recommandant la vision "du vide dans la forme et de la forme dans le vide".

... Les jardins Zen ont donc un but essentiel: suggérer dans l'esprit de ceux qui les contemplent la perception d'un certain espace intérieur.

... Les maîtres japonais considèrent que les matériaux utilisés dans les jardins Zen ont une importance secondaire. L'élément important, nous disent-ils, est l'attitude d'approche de l'esprit qui interprète ses données essentielles. "Le jardin existe en nous", disait D. T. Suzuki.

... D. T. Suzuki: Zen and japanese culture: éd. Routledge & Kegan, Londres. 1960.

Robert Linssen, Le Zen.

retour