L'esprit du Zen

 


retour

 


Tchouang-tseu, L'OEuvre complète, XXII

Nie K'iue demanda à P'i Yi de lui expliquer le Tao.
P'i Yi lui dit "Redressez votre corps et unifiez vos regards,
l'harmonie céleste descendra en vous;
refrénez votre intelligence et rectifiez votre attitude,
l'esprit transcendant vous fera visite.
La vertu vous embellira; le Tao habitera en vous.
Vos pupilles ressembleront à celles du veau qui vient de naître;
vous ne vous référerez plus aux coutumes de ce monde."

P'i Yi n'avait pas fini de parler que Nie K'iue se trouva profondément endormi.
Très content, P'i Yi le quitta en chantant en vers :
"Son corps est comme le bois mort; son coeur comme la cendre éteinte.
Vraie est sa connaissance solide; il se détache de toute connaissance acquise.
Ignorant et obscur, il n'a plus de pensée, on ne peut plus discuter avec lui. Quel homme!"

Extrait de : "Philosophes Taoïstes" (Bibliothèque de la Pléiade).

Traduit du chinois par Liou Kia-hway.


retour

 


Visitez notre Sponsor :