retour page précédente

Les mille et une influences du Concombre Masqué (2)

Extraits d'un entretien réalisé par André Chourave, de l'Institut de Communication Agronomique de Jouy en Josas.

Le Concombre : - Je me souviens qu'à la même époque, j'ai commencé à faire mes propres bandes dessinées en recopiant des images tirées de illustrés que je collectionnais. J'aimais beaucoup Erik, l'auteur de "Crochemaille le Nerveux", qui paraissait dans OK. et d'une BD de Science fiction humoristique, dont je ne me rappelle plus le nom, c'était peut-être "le Professeur Globule contre le Docteur Virus". A moins que ce soit une BD de Jean Ache qui paraissait dans Mon Journal, "Tonton Molécule", que j'aimais beaucoup aussi. Ou alors "Les mirobolantes aventures du professeur Pipe" de Cézard, dans Francs-Jeux (1946-48) ? Je ne sais plus, c'est si loin, tout ça... En tous cas, c'est à partir des personnages d'Erik, qui avait souvent un visage en forme de poire, que j'ai dessiné quelques pages de "Stip, navigateur de l'Espace". Et puis, j'ai aussi dessiné une autre BD, une BD de cow-boys, en recopiant des images de "Tex Willer" (site 1 / site 2), que j'avais découvert dans le mensuel "Tex (Plutos présente)" (numéro 1 / numéro 6), et en y introduisant mes propres textes - si on peut appeler ça des textes. J'ai d'ailleurs continué d'utiliser cette technique de "collage" dans l'Echo des Savanes, en détournant encore une fois des images de Tex Willer, et en farcissant les bulles de calembours vaseux, pour en faire une page pour les Aventures de Tom Hat... que vous pouvez lire ici-même. Vous pouvez en voir d'autres du même genre dans la rubrique "Cité Guéridon", en cliquant ICI. J'adore perdre mon temps à faire ce genre de BD... C'est ce que j'appelle faire de la Bédé Débile. Un genre majeur à mon avis. Surtout en ce moment. Je dois vous avouez que j'en suis l'heureux l'inventeur. C'est en faisant l'Echo des Savanes que j'ai découvert ce concept nouveau. Je me suis aperçu en effet que les BD les plus drôles, c'étaient celles qui étaient les plus débiles. C'est exactement comme l'Humour Belge : ce que j'aime chez les Belges, c'est qu'ils n'ont pas peur, quand ils s'envoient une vanne, d'être le plus bête possible Et à partir de là, je peux vous dire que j'en ai fait des tonnes.

André Chourave : - Des tonnes de quoi ?

Le Concombre : - Mais des tonnes de Bédé Débile!

André Chourave : - Ah bon? J'avais cru comprendre... Bon. Écoutez... Je ne sais pas si ce genre d'inepties intéressent vraiment les gens...

Le Concombre : - Quoi ? Ça ne vous intéresse pas... le processus de création d'une oeuvre ?

André Chourave : - Bon! Bref... On en était où, déjà ?

Le Concombre : - Bref, j'ai ainsi produit (à la main) huit numéros d'un journal de bande dessinée que j'ai intitulé : "Super Digest", que je vendais à mon épicier... C'est pourquoi je ne peux même pas vous les montrer !

André Chourave : - Quelle perte pour la culture !

Le Concombre : - Absolument. Ah ! Il doit m'en rester un numéro! Très mal dessiné, mais c'est un collector! dans lequel j'ai fait une BD copiée d'après le Lucky Luke de Morris... Vous voulez que je vous le montre ? Je peux le scanner et le mettre sur le site...

André Chourave : - Non merci. Mais dîtes-moi, vous avez copié tout le monde, finalement !?

Le Concombre : - Ah bin oui, c'est comme ça. J'adore recopier les dessins des autres... J'ai même copié les arbres de Hogarth dans la première BD du Concombre que j'ai présentée à Vaillant... Vous voulez que je vous la montre ? Elle est peut-être d'ailleurs sur le site, mais où ? Je ne m'en souviens plus. il y en a déjà tellement, que je m'y perds... En tous cas, voici la page 3 de l'histoire : regardez bien les arbres, les branches, les feuilles, les racines... c'est du Hogarth : Page 3 A / Page 3 B C'est comme que j'ai appris à dessiner de la bédé, finalement. En copiant les Maîtres. Je n'ai pas appris à dessiner d'après nature. J'ai sauté directement dans la Bédé, en recopiant les dessins des auteurs que j'adorais : Forest, Jacovitti, Morris, Erik, Franquin, Macherot, je ne pourrais les citer tous, c'était plutôt le dessin "stylisé" qui m'intéressait, ce qu'on appelle dans le métier le style "humo"ou le style "gros-nez", pas le réalisme. J'admirais beaucoup les dessinateurs réalistes, mais c'était pas vraiment ce que j'avais envie de dessiner. C'était pas mon truc. Le réel ne m'intéressait pas vraiment.

Les dessinateurs de Mad, qui allie les deux styles en un seul, je les ai découvert bien plus tard, dans les recueils Mad au format pocket, edités pa Ballantine et vendus à Paris dans une librairie de Science Fiction qui avait pour nom : "Librairie de L'Atome" je crois, et qui vendait ces Pocket Mad ("Utterly Mad", "The Mad Reader", etc ) par correspondance, par l'intermédaire des petites annonces de la revue Fiction.

Je les ai commandé et en les ouvrant, je suis tombé à la renverse ! Ça a été le deuxième choc cuturel de ma vie. Le premier ayant été la découverte du premier Spirou. Là, c'était trop fort ! Wood, Jack Davis et Elder, mes nouveaux Dieux, s'ajoutèrent au Panthéon. Je les adorais, je bavais dessus, mais je n'aurai pas pu les recopier, vu que je n'avais jamais appris à dessiner d'après nature, c'était trop fort pour moi,... mais je les ai beaucoup étudié, détail par détail. Je les connaissais par coeur. Il en est passé sans doute quelque chose dans la première BD du Concombre... Regardez les mains, les attitudes, le découpage de Harvey Kurtzman, les angles de prise de vue, les contrastes d'éclairage, comme une image au cinéma... Le graphisme des bruits, des onomatopées, les bulles multiples, ça me vient de Mad aussi. Et non pas d'Achille Talon, que je vénère, soit dit en passant. Mais Greg a du le piquer là, lui aussi.

Ça se passait en 1956. A cette époque, je me suis branché sur la Science Fiction. J'ai commencé par la revue Fiction, puis Galaxie, les bouquins du Rayon Fantastique, Présence du Futur, et au Fleuve Noir : la collection Anticipation, avec les superbes couvertures de Brantonne, que j'adorais, bien entendu...

Un peu plus tard, à Paris, troisième choc culturel : La découverte des Marvel Comics, avec les personnages et les réçits de Stan Lee, et les dessins sublimes de Jack Kirby. (voir l'Interview de Jack Kirby par Doug Headline). Mais ceci est une autre histoire.

André Chourave : - OK... Bon. On arrête. J'ai plus de papier !

À Suivre...

Hogarth's Tarzan
Planches parues dans Spirou 1947
 

Lire : "Les 1001 visages du Concombre Masqué"
un entretien avec Benjamin Stroun

Lire : "Tous en scène, côté jardin potager"
Un entretien de Mandryka avec Antoine Duplan (l'Hebdo) en octobre 1990

Mandryka : Gallery / Biographie Express

retour page précédente

Visitez notre Sponsor :

retour à l'accueil









Mandryka © 2004