retour page précédente

Les mille et une influences du Concombre Masqué (1) / (la suite page 2)

Extraits d'un entretien réalisé par André Chourave, de l'Institut de Communication Agronomique de Jouy en Josas.

André Chourave : - Quand êtes-vous né ?

Le Concombre : - Je suis né trop tôt...

André Chourave : - Où ça ?

Le Concombre : - Dans une petite ville de l'autre Côté de la Méditerranée, le port de Bizerte, en Tunisie.


Bizerte - Le vieux port.

André Chourave : - Ah Bon ! Tiens ? Je croyais que vous étiez originaire de l'Himalaya ?

Le Concombre : - Mes ancêtres sont originaire de l'Himalaya. Moi, je suis originaire de Bizerte.

André Chourave : - Ah, je vous croyais déjà capable de tout ! Mais là alors, vous m'étonnez : Pourquoi Bizerte ? Comment Bizerte ? Pourquoi vous ?

Le Concombre : - Tout ça, c'est à cause de mon grand-père, Alexandre Manstein qui a rejoint Bizerte en janvier 1921, à bord de son torpilleur : "Le Jarky" (trad. "Le Brûlant"). Vous vous rendez compte ? Mon grand père ! Commandant d'un torpilleur ! Après ça, on s'étonnera... Bon. Son Odyssée a été raconté dans le Livre de Georges Oudard et Dmitri Novik : Les Chevaliers Mendiants, Paris 1928, Librairie Plon. Vous pouvez aussi consulter à ce sujet les Mémoires de ma tante : Anastasia Manstein-Chirinsky, Bizerte, la dernière escale, Sud Editions, 2004

Le 22 décembre 1920,
après plus d'un mois de navigation
et de haltes, l'ensemble de
l'escadre russe entre en rade du Bizerte.
L'auteur, fille de du commandant
Manstein a 8 ans. Elle raconte
les événements tragiques,
méconnus ou faussés
dont elle a été temoin
et livre ainsi une page d'histoire.

(édition en français ou russe)

(image de la couverture du livre)

(Document Acrobat Reader : PDF).


Article de Pierre Delannoy, dans le numéro 298 de Géo - Décembre 2003 : "Tunisie. Les Russes des Sables"

Toujours est-il que je suis né trop tôt. Ce qui m'a amené à être toujours en avance sur mon temps, sans jamais avoir eu le temps de prendre du recul. C'est pourquoi je suis d'accord pour faire avancer les Choses. Mais sans faire reculer l'Homme.

André Chourave : - Bravo ! Vous me rassurez ! C'est une position Éthique, en somme ?

Le Concombre : - Très Éthique, et même freine Éthique : Je suis né dans la BD, je mourrai dans la BD. Si Dieu me prête vie.

André Chourave : - Quest-ce que Dieu vient faire dans tout ça ?

Le Concombre : - Est-ce que je vous ai jamais demandé si votre casquette faisait du vélo ?

André Chourave : - Moi non plus ! Quelles ont été vos influences majeures ?

Le Concombre : - Mais, TOUTES les bandes dessinées ont été mes influences majeures ! Qu'est-ce que vous croyez ? J'ai été pris de passion pour la bande dessinée étant tout mioche ! Je suis tombé dedans ! Comme Obélix dans sa potion ! J'avais 7 ans quand mon père, ce héros au regard si doux, m'a initié à la Bande Dessinée - Que Grâce lui soit rendue ici-même - en m'offrant mon premier Spirou (image-144Ko) (image-255Ko), et ce faisant m'a ouvert une porte vers la réalité. Ce fut pour moi une véritable Bombe Culturelle. J'ai été transporté dans une autre dimension : Le Monde du Rêve sur Papier ! L'image du Rêve ! Le rêve était là, imprimé sur le papier ! Et en plus, on pouvait le dessiner ! On pouvait en faire une mise en scène ! Comme au Cinéma ! À la même époque, mon autre passion, c'était Le Cinéma. Les Frères Marx - (voir un site), Les Films d'Errol Flynn : L'Épervier des Mers ! Captain Blood ! - Capitaine de Castille... Et "Quo Vadis ?" ! On a adoré ce film, étant mômes ! Surtout Peter Ustinov dans le rôle de Néron - Quel immense acteur ! Et après, avec mes frères et mes cousins, on jouait tous à "Quo Vadis ?" ! Toi, Néron ! Moi, Pétrone ! Quelles crises de rigolade ! J'avais même écrit une pièce sur le sujet ! Malheureusement perdue...

Les Cousins - ZOOM sur l'image
de gauche à droite : Nicolas, Tamara, Serge, Nikita

André Chourave : - Capitaine de Castille ?! Incroyable ! Mais les livres ! Avez-vous lu des livres ?

Le Concombre : - Des livres ? Mais j'ai lu TOUS les Livres...Vous voulez que je vous dise ? Hé bien, c'est vrai : je suis bien fatigué... La chair est triste et j'ai lu tous les livres.

André Chourave : - Ça sonne comme du Mallarmé...

Le Concombre : - Ah Bon ? Lui aussi ? Mais alors ! Ça veut dire qu'on est Deux. C'est extraordinaire ! Les Grands Esprits, n'est-ce pas ?

Je lisais toutes sortes de livres. Je crois que c'était évident pour moi que j'allais faire des films, ou des BD : peu m'importait. Je n'y pensais même pas. J'étais amoureux de l'Image... J'aimais l'Image! J'étais dedans. J'étais né dedans. Je vivais dedans. Je dessinais des BD dans mes cahiers, en classe et chez moi. Et curieusement, pour moi, la BD, c'était AUSSI... une porte vers le monde de la Réalité. Ou plutôt le monde de la réalité " vraisemblable". Elle était si bonne Fille, la BD: D'un côté elle me montrait comment utiliser l'image comme porte d'entrée dans un autre monde, le Monde du Rêve. C'était du Cinéma sur papier. De l'autre, elle maintenait sur mes yeux le filtre à travers lequel je voyais la réalité. Et à l'époque, je prenais le vraisemblable pour le vrai - Ciel ? Y aurait-il un rapport ? Parfois, quand je me penche en arrière pour revoir le film de ma vie, je suis saisi de vertige : Quoi ? Tout ce chemin parcouru pour en arriver là ? Parti de rien, je suis arrivé nulle part en revenant de tout. Avec quelles perspectives d'Avenir? Quelle dérision !

André Chourave : - Mais du moins, vous revoilà enfin parmi nous ! Bravo ! Bienvenue au Club ! Comment s'est passé ce passage à vide ?

Le Concombre : - Ça a été une véritable traversée du Désert. Je me suis retrouvé tout seul et dans le vide, à pédaler à côté de la plaque dans la choucroute ! Mais un passage à vide, ça passe. Ça m'a passé. Quoique, des fois, je me demande...

André Chourave : - Quelle traversée du Désert ?

Le Concombre : - Le Paris Dakar, voyons ! Le Sahara ! Vous connaissez ? Les Concombres sont pourtant connus jusqu'en Afrique, vous savez ? Nous sommes une Grande Famille ! Qui a essaîmé sur tout le Globe et le Continent. Toujours est-il qu'à l'époque, et pas plus tard qu'hier encore, j'ai souvent souvenir d'avoir pris le vraisemblable pour le vrai... et je me suis planté plus d'une fois, je m'en excuse. Mais ceci est une autre histoire...

André Chourave : - Parlons-en au contraire ! ! ! D'où vous vient ce délire ?

Le Concombre : - ... Je voyais le Monde comme si c'était une BD. Je vivais dans une BD. Et Tarzan vivait réellement quelque part dans la Jungle.

Le cri de Tarzan
 
Tarzan et Jane en mp3
 
télécharger le cri de Tarzan :
en .wav /
en .mp3
 
télécharger :
tarzan-jane.wav / tarzan-jane.mp3

Et Le Copyright existait vraiment, quelque part au bout du Monde.

André Chourave : - Ah ! "Le Copyright" ! Justement ! J'allais vous le demander ! "Le Copyright" de Forest, a-t-il été vraiment été une de vos influences culturelles majeures ? Est-ce possible ?! Quoique... Le Copyright... Les Droits d'Auteur...

Le Concombre : - Absolument ! Mais TOUTE LA BD a été pour moi une influence majeure ! Une véritable passion ! Une religion ! L'objet d'un véritable culte. Et qu'est devenue la BD aujourd'hui ? Une religion, avec les objets du culte. Une nouvelle religion industrialiste, qui s'agglomère aux autres. Et voilà, c'est comme ça ! Quand le fût est tiré, il faut le boire. Une fois de plus, j'ai été l'impénitent précurseur ! Et je suis fatigué de précurser. Mais c'est comme ça. C'est parce que je vais trop vite ! Le monde me suit vingt ans après alors que je suis déjà ailleurs ! On dit que j'ai toujours scié la branche sur laquelle j'étais assis. C'est vrai ! Et tant mieux ! Je m'en félicite ! Sinon, à force de ne jamais scier la branche, on finit pas ne plus vouloir descendre de l'arbre. On dit que l'Homme descend du Singe, mais moi je dis qu'il y en a des qui ne sont même pas descendus de l'arbre ! Bon, passons, c'est pas le sujet ! On en étais-je déjà ? À côté de la plaque, sans doute...

André Chourave : - Oui. Mais pour être Bon, il faut être Culturel, non ?

Le Concombre : - Tout à fait ! Il faut devenir un Fait Culturel ! Quand on est devenu un Fait Culturel, on existe ! C'est Fabuleux ! On Existe ! C'est la transmutation des Corps ! Mais je suis déjà un Fait Culturel ! J'ai toujours été Culturel ! C'est de Famille ! Chez nous, chez Les Cucurbites, on a toujours été très culturels. Mes parents, mes grands parents, oncles et tantes, étaient très culturels, Nous les russes en général, on a toujours été très culturels ! Victor Giougooo et Alexxxxxandre Dioumaaas ! On a toujours été culturels et il y a toujours eu des livres à la maison. Alexandre Dumas, Charles Morgan, Knittel, Mauriac et des polars de Série Noire. J'ai lu mes premiers polars de Série Noire à cette époque. Le premier : "Je suis un truand", de Charles Beretti je crois, c'est pour vous dire. Je lisais tout. Tout ce qui me tombait sous la main. Ça continue d'ailleurs. Comme Gotlib me l'a dit un jour : "Toi, tu ne veux pas mourir idiot ! " - "Exact, mon vieux complice..." - "Confidence pour confidence, me répondit-il, la peau de..." - Mais oui ! Ça va ! On Ferme !" Ouf...

À l'époque, il y avait beaucoup plus de journaux de bandes dessinées qu'aujourd'hui ! On appelait ça à l'époque des "illustrés". Il y en avait de toutes les couleurs, et pas cher du tout , 12 centimes... SUPER BOY ! Jacovitti : "Les Babouches d'Allah"! Vous avez lu "Les Babouches d'Allah" ? Non ? Alors, vous ne connaissez rien. À la maison, il y avait deux sortes de journaux : Ceux qui étaient admis parce que considérés par la famille comme suffisamment corrects pour passer le seuil : C'étaient Spirou, Tintin, Mickey et consorts. Les autres n'étaient pas admis, parce que considérés comme trop violents ou que sais-je encore?, dont Fantax (pour lire un récit complet de Fantax (image de la couverture).cliquez ICI)

André Chourave : - Comment avez vous lu Fantax ? Fantax vous a-t-il aidé à échapper au Culturel ?

Le Concombre : - J'allais le lire chez des copains.

André Chourave : - Ah ! D'accord ! Mais sur le plan Culturel, Fantax semble avoir été pour vous une influence majeure ? Au niveau de la forme ? Du contenu ? Les Deux ?

Le Concombre : - Les Deux, Mon Général ! Mais le Fantôme du Bengale aussi. Surtout celui de Wilson Mac Coy. Et tous les autres également ! Je suis en train de lire le Fantôme du Bengale dessiné par Ray Moore, édité par Futoropolis, je ne connaissais pas - c'est absolument fabuleux ! J'adorais tous les héros masqués, dont Le Roi de la prairie ! Traduction de "The Lone Ranger", qui a donné le Serial Génial : "Le derniers des Fédérés", que les visiteurs du Serial Movies Club connaissent bien et recherchent frénétiquement dans le Forum du Serial, Amok, Zorro : Ah, Le Serial "Zorro et ses Légionnaires" dont j'ai vu quelques épisodes au Majestic ! Un cinéma à Bizerte. où on passait des films de cow-boys, de corsaires, d'aventures... et des Serials ! Vous vous rendez compte : J'ai vu des Serials à épisodes au Cinéma ! Un grand moment... Je me souviens spécilalement de quelques épisodes de Buck Rogers et puis d'un sérial où il y avait un bande de malfrats particulièrement intéressants : il y avait un type qui cachait son visage derrière sa main gantée et quis'appelait le Scorpion, une vieille sorcière aux cheveux blancs qui attrapait les gens par les pieds et les entrainait sous le plancher par une trappe, c'était complètement délirant ! Je ne me souviens plus du titre, hélas...mais j'aimerais bien le retrouver. Si quelqu'un connait le titre anglais de ce serial, qu'il m'envoie un message... (Il me semble que le titre français était : "Alerte à Scotland Yard", mais je n'en suis pas sûr).

André Chourave : - Comment arrivez-vous à concilier Lao Tseu, Le Fantôme du Bengale et Saint Jean de la Croix? Et Fantax dans tout ça ?

Le Concombre : - Mais Fantax et Spirou, au fond c'est la même chose ! Spirou, le Héros au Grand Coeur ! L'Ami des Jeunes ! Spirou Ami! Partout! Toujours! J'ai même fait partie du Club des Amis de Spirou ! Avec le Fanion et tout ! Spirou, c'est le Fantôme du Bengale ! Ils ont la même mission : Lutter contre l'injustice et Combattre le Mal ! Tout est dans tout, et réciproquement ! Astérix ? C'est La Vache qui Rit ! Les Nouveaux Héros de la Mythologie Moderne. La BD : C'était La Machine à Rêver sur papier. J'adorais bien entendu Spirou, qu'il soit dessiné par Franquin ou par Jijé. Pour moi Jijé était quelque part le plus grand dessinateur du journal. Mais j'adorais aussi Franquin, et pour moi, c'était d'autre part le plus grand aussi. Ils étaient tous les plus grands ! C'était comme ça. Mais Morris ! C'était un très grand ! Le plus grand aussi ! Ah ! Vous avez vu comment il dessine les chevaux ? Et les Femmes ! Ah ! Il me tue ! ET Uderzo ! Vous connaissez son "Belloy l'invulnérable" dans OK ! OOPS ! Quel virtuose du dessin ! C'était Géant !

André Chourave : - Quel éclectisme !

Le Concombre : - Je ne peux pas vous en donner la liste : j'aimais tout ! Lucky Luke de Morris, Tarzan par Hogarth, Superman, Luc Bradefer, L'Epervier Bleu par Sirius, Buck Danny de Charlier et Hubinan, Jean Valhardi dessiné par Jijé (j'ai toujours adoré) et ensuite Paape (aussi !), et Jerry Spring !... Red Ryder ! En fait, j'aimais toutes les BD qui était bien dessinées et bien scénarisées, voilà tout. Et j'étais déjà à cet âge tout à fait capable de reconnaître le coup de patte et le style de leurs auteurs, et de l'apprécier. Et je me demandais si c'était dessiné à la plume ou au pinceau. Dans Donald, j'adorais Pim Pam Poum (voir page 1 - page 2), dessiné par Knerr et la page de Donald. Dans Aventures-Mon Journal, j'adorais toutes les BD Américaines : Le Fantôme du Bengale, Mandrake, Agent secret X9 par Mel Graff (j'en ai republié un épisode - que j'avais lu à l'époque - dans l'Écho des Savanes) et Amok, dessinée par un italien, dont j'appréciais particulièrement l'atmosphère romantique... Enfin, il y en avait tellement qu'un livre ne suffirait pas pour les citer tous : Big Bill le Casseur, Fantax (1 couverture / 1 image) - dont vous pouvez lire un numéro complet ICI, Tex Willer, Pecos Bill - dont j'aimais le genre "histoire interminable", Tom Mix, Les Aventures du Professeur Radar, Sosthène Vazymou, Gus et Gaëtan, Brik et Yak - dessinés par Cezard (et Arthur le petit Fantôme !), Tout Le Journal de Vaillant - avec Placid et Muzo, A. Babord, dans Les Naufragés de L'Entrecôte ( Quelle Beauté !) par Eugène Gire, R. Hudi, Le Copyright de Forest (Pour moi, c'était le Summum ! Je vais vous faire un aveu : c'est en continuant les Aventures du Copyright - qui s'étaient interrompues faute de lecteurs (ce fut pour moi et cela demeure, l'objet d'un véritable scandale!) - que j'ai créé le Concombre Masqué - qui n'est au fond qu'un des nombreux déguisements du Copyright - son avatar, en quelque sorte) - Pour voir des couvertures du magazine "FICTION", dessinées par Forest, cliquez ICI. J'adorais aussi : "Sam Billie Bill" dessiné par Nortier, "Les Pionniers de L'Espérance" par Poïvet - Quel immense dessinateur ! Quel immense talent ! Avez-vous vu les BD au lavis que Poîvet peaufina pour Del Duca ? Les Trois Mousquetaires ou je ne sais quoi - un drame de cape et d'épée, peu importe, mais les reflets sur la soie des robes des femmes ! Les reflets sur les verres ! Mais comment se fait-il que personne n'ai jamais réédité ça ? Et le Culturel, alors ? Que fait la Police ? On nage en pleine choucroute ! C'est fou mais c'est comme ça.

André Chourave : - C'est tout ?!

Le Concombre : - Comment voulez-vous que je vous les cite tous ? C'est impossible !

André Chourave : - Il est insupportable ! Bon... On arrête là !

Le Concombre : - OK d'accord ! Je vais arrêter là la liste... Mais j'en rajouterai d'autres à l'occasion.

André Chourave : - Si c'est pas trop vous demander de nous accorder ce bienfait de votre immense bonté...

Pour Lire La Suite... Cliquez ICI

Hogarth's Tarzan
Planches parues dans Spirou 1947
 

Lire : "Les 1001 visages du Concombre Masqué"
un entretien avec Benjamin Stroun

Lire : "Tous en scène, côté jardin potager"
Un entretien de Mandryka avec Antoine Duplan (l'Hebdo) en octobre 1990

Mandryka : Gallery / Biographie Express

retour page précédente

Visitez notre Sponsor :

retour à l'accueil









Mandryka © 2004