PIERRE LEGENDRE

L'EMPIRE DE LA VÉRITÉ


PIERRE LEGENDRE


" L'EMPIRE DE LA VÉRITÉ "

Préliminaires


© Librairie Arthème Fayard
1983

La fiction de l'identité :
un commentaire de
l'oeuvre de Pierre Legendre
par Georges Tissot

 

retour


Préliminaires


....Quelque chose devrait nous faire trembler, la passion de vivre sous l'empire des définitions et de subvertir la science en la mettant au service de la cause la plus obscure, qui est aussi la plus vitale: la volonté d'ignorer. Alors qu'explosent (j'use d'un vocabulaire en usage) les technologies gestionnaires ultramodernes, nourries de science et de scientisme, je me risque à poser la question: qu'est-ce que le système industriel?
....J'y réponds: qu'en savons-nous? Des lambeaux de pensée, des formulations académiques, des doctrines idéales et même l'indifférence peuvent faire l'affaire. On peut toujours meubler le discours, prétendre aux théories incassables, tenir des propos empruntés. Au fond, nous n'en savons rien.
....Le système industriel est d'abord et avant tout ressenti.
....L'humanité doit assumer l'industrie comme une suite, suite aux accidents de la pensée et du langage dans l'histoire. L'industrie est un fait d'évolution, lié au développement accidentel de la vie, dans un certain contexte lui-même accidentel que nous appelons par exemple la culture romano-chrétienne, faute de nous interroger plus intelligemment, c'est-à-dire un peu plus librement.
....Le système industriel est géré scientifiquement - du moins le croit-on - sans pour autant que la question de savoir ce qu'il est nous bouleverse. Néanmoins, cette question-là est bouleversante. Ce qui en a été dit, fût-ce par un Heidegger, laisse impavide le petit monde des spécialistes des petites idées, l'armée de métier des spécialistes en gestion. L'industrie est un système guerrier, qui gère l'humanité au nom d'une science religieuse.
....Remuer l'énigme est ici nécessaire, parce que, selon cette perspective, nous ne pouvons que ressentir. Je vous prie de réfléchir aux deux anecdotes suivantes:
....En 1982, vous pouviez acheter en Iran une montre, de fabrication suisse, munie d'un gadget; si vous regardez le cadran sous un certain angle, le visage de l'Imam Khomeiny apparaît; par-dessus le marché, la trotteuse de cette montre représente une goutte de sang.
....Seconde anecdote: l'entreprise de publicité Robert & Partners s'offre à ses clients, en 1982, par cette maxime: " Faites de votre produit une Vérité Vedette Vérifiée " (hebdomadaire Annonceurs-Agences-Media Stratégies, n° 345).

1. Le Roi des Rois gouverne les Rois (Rex Regum Reges Regit), emblème extrait de J. Bornitius, Emblematum Ethico-Politico-rum, 1664.

....La montre iranienne n'est pas plus extraordinaire que le presse-papier de luxe " Buste-de-Jésus-couronné-d'épines " vendu naguère par milliers d'exemplaires aux prêtres ou bourgeois catholiques. La théorie (sic) Vérité Vedette Vérifiée n'est pas moins fondée à s'adresser au regard que la doctrine du Saint-Siège en matière de show pontifical, la firme définissant ainsi son troisième terme: " Vérifiée, pour s'assurer que la totalité du spectacle est au service de la Vérité. "
....Théoriser de telles anecdotes signifie les écraser, c'est-à-dire liquider la question. La théorie du marché fait partie de nos manières enveloppées pour parler des enjeux de reproduction de l'humanité à l'occasion des stratégies économiques. Ignorer ces enjeux et l'Autre scène qui rend possibles la domination, l'esclavage et la bienfaisance à travers l'économie et ses statuts de pouvoir, c'est vouloir ignorer la constitution inconsciente de la pensée et du langage, l'érotisme qui fonde la légitimité du politique, la dimension d'affrontement meurtrier que doivent intégrer en permanence les relations internationales. Il n'y aura pas désormais d'anthropologie moderne qui n'ait à triturer l'affaire de l'Autre Scène - je reprends ce terme freudien -` une affaire de haute complexité.
....S'il s'agit aussi d'inconscient, du même coup la question poétique est posée. Notez comme, en Occident, sont massacrées les masses par le discours: froidement. Les sciences dites humaines et sociales traitent de l'humanité froidement. Les textes, qui réglementent la société civile promise à l'autogestion et à la gestion par télécommande, suivent un rythme ancestral d'élimination progressive, mais systématique, de la référence poétique. Tout ce qui est poétique est témoin de l'imparlable. A ce titre, il est repoussé, refoulé, géré dans des organisations de réserve culturelle. Le système industriel a hérité du Tractatus Universi Juris (1), non pas d'une Bibliothèque des Nuages aux Sept Etiquettes. Comparez les codifications juridiques européennes, avatars du droit romano-canonique dont je vais vous parler, aux collections chinoises du Tao que publie mon ami K. Schipper, et vous sentirez la différence. J'insiste: vous la sentirez. Apprenez à penser en parlant un peu moins.
....Nous avons à travailler les grandes évidences sociales au point précis où nous les découvrons tenues à l'écart des comptabilités scientifiques actuelles. Les sciences sociales et humaines sont construites sur les ruines des célébrations humaines et sociales, de discours cérémoniels ayant pour fonction de dire l'imparlable. Or, le point de défaillance des comptables peut être repéré: dans des textes. Ces textes, quelle que soit leur facture (scientifique ou non), sont ceux de l'espace fabuleux par lequel transite nécessairement toute la production des messages ayant à gérer le gouvernement social. Ils constituent le passage dogmatique de ce que nous nommons le social, passage où confluent et refluent sans cesse toutes les manoeuvres par lesquelles un pouvoir se déclare. Il n'y a pas d'autre définition du dogmatisme élémentaire.
....La
publicité aujourd'hui a parfaitement saisi le sens de ces manoeuvres: représenter la Vérité. Reprenons la formulation de la firme Robert & Partner: " Vérité, parce qu'il n'y a que la vérité qui touche. " Puis, celle-ci: " Vedette, parce que la vérité touche plus fortement lorsqu'elle est spectaculaire. " Sans le savoir, la publicité tombe dans le panneau des merveilles scolastiques de l'Occident; c'est le juridisme classique qu'elle nous vend. Nous sommes dans la reproduction de la structure.
....La fonction dogmatique, en chaque société, consiste à véhiculer la Vérité, à manoeuvrer savamment le pouvoir jusqu'à ce qu'il parle et dise la vérité. A cet étage des choses humaines, le pouvoir ne peut dire que la vérité. En d'autres termes, nous entrons dans l'absurdité, mais dans l'absurdité la plus constructive, du fait qu'un réglage social s'ensuit. Le dogmatisme consiste à faire comme si le pouvoir existait, comme s'il était un corps muni d'une bouche, et comme si, partant d'une telle fiction, cet être-là parlait pour produire le seul effet attendu: dire la vérité. Ce travail pour généraliser l'illusion, l'entretenir ou en réparer les pannes, est à l'oeuvre en chaque système d'organisation, en chaque parcelle d'institution, car partout la légalité fonctionne non pas pour faire marcher seulement, mais comme discours devant reproduire théâtralement la vérité. De là son accompagnement d'esthétique. La fonction dogmatique est aménagée et stylisée.

3. Par la parole et les signes Dieu est efficace (Verbo et Signis Efficax Deus), emblème extrait de J. Bornitius, op. cit.

....J'ai prononcé le mot légalité. Il est ici essentiel. Il signale la différence entre un État et Dracula. J'y reviendrai, mais notez que nous entrons dans la zone des fables et des monstres. Il y a monstre et monstre: Léviathan et Dracula ne sont pas du tout les mêmes monstres.
....Enfin, j'insiste sur ceci: à la base des sciences gestionnaires, sociales et autres, est inscrit le racisme, un racisme indéracinable parce qu'il est méconnu. Pensez à l'anecdote de la montre avec sa trotteuse goutte-de-sang; mais pensez aussi à la croix-du-crucifié, objet du bazar chrétien de l'élégance féminine. Une légalité pour fonctionner suppose la communication sociale dans la méconnaissance. Le système industriel n'a pas de justification, simplement il s'impose et se développe en tant que système de reproduction dans l'humanité, c'est-à-dire sur la base d'une Vérité proclamée. Seulement, cette Vérité nous l'ignorons, elle fonctionne sans être sue. Si nous réfléchissons à l'expansion industrielle, nous constatons une méconnaissance à l'état pur: vendre une usine clés en mains aux régions dites du tiers-monde, c'est vendre aussi une pensée clés en mains, c'est-à-dire non seulement les techniques de gestion ou le mode d'emploi, mais l'échafaudage fantasmatique sans lequel il n'y aurait en Occident ni technique ni pensée. Le tiers-monde, dit-on, n'a pas le choix: il doit tout prendre ou disparaître, c'est-à-dire s'industrialiser en troquant son système de méconnaissance contre un autre. Les spécialistes en gestion escamotent totalement cet enjeu guerrier où ils auraient à reconnaître leurs propres fondations mythologiques.

(1) Il s'agit d'une vaste entreprise d'édition commencée sous Grégoire XIII, qui aboutit à la publication de textes (Venise, à partir de 1584).


La suite de ce texte dans
"
L'EMPIRE DE LA VÉRITÉ "
de PIERRE LEGENDRE
© Librairie Arthème Fayard

retour


LIENS :
Entretien avec Pierre Legendre
Un philosophe contre
l'imbécillité contemporaine

Propos recueillis
par Elisabeth Lévy


Librairie Arthème Fayard, 1983




















































Pierre Legendre :


L'épiphanie du pouvoir